Ce n’est pas parce qu’on habite en ville qu’il faut se priver du plaisir de faire pousser de jolies fleurs ou de cultiver ses propres légumes ! Que ce soit sur votre balcon, votre parcelle de jardin partagé ou votre petit coin de jardin : voici les conseils des experts aux mains vertes de la ville, pour accompagner vos efforts.

Cultivez sur votre balcon

Etape 1 : l’exposition

Si vous débutez, vérifiez d’abord l’orientation de votre balcon. Elle va déterminer votre choix de plantes.Votre potager doit être exposé au moins cinq heures par jour si vous cultivez des haricots, des radis, des carottes, de l’ail, du célri, de la salade, des épinards et des fraises.

Si vous êtes en plein soleil, vous pouvez planter du melon, du poivron, du basilic, de l’aubergine, du concombre, des tomates ou de petits rosiers.

S’il est à l’ombre, choisissez des plantes qui ne nécessitent pas de lumière : laitues, épinards, lierre, bégonias etc

 

Etape 2 : la création de votre jardinière

Table de culture en bois imputrescible, mur végétal ou jardinières, les choix sont multiples pour créer un potager dans un petit espace.

Le potager carré est idéal. Simple à cultiver, il utilise un espace carré pour chaque légume, fleur ou herbe aromatique. Vous pouvez planter comme vous le souhaitez et selon la saison. Divisez la surface en carrés de 30cm.

 

Cultivez dans votre jardin

Etape 1 : l’aération de la terre

Les gelées passées, votre premier geste consiste à aérer la terre, sans toutefois la retourner complètement. Le sol est en effet riche en micro-organismes qui la nourrissent et il s’agit de ne pas les chasser.

Pour ce faire, deux techniques :

  • A la bêche : plantez une bêche ou une fourche dans le sol et effectuez un mouvement de bascule. Cela casse les mottes et fait des trous qui permettent à l’air et à l’eau de circuler sans déranger la vie qui grouille dans le sol.
  • A la grélinette : vous pouvez également utiliser une grélinette qui ameublit le sol sans le retourner : plantez-la dans le sol et tournez la à droite et gauche pour remuer la terre à l’horizontale.

Etape 2 : épandre du compost

Une fois le sol ameubli, épandez votre compost et mélangez-le à la terre. Laissez reposer quelques jours. Le compost peut être utilisé dans des pots et des jardinières.

Comment choisir ses plantes ?

Que planter en ville si on s’est lassé des sempiternels géraniums et bégonias ?

A favoriser :

Toutes les herbes aromatiques, thym, coriandre, persil, basilic, sauge et autre ciboulette, se prêtent particulièrement bien à la culture en jardinières. Mais rien n’empêche de se lancer dans des cultures plus ambitieuses !

A éviter :

La limite des légumes pouvant être cultivés est principalement fixée par l’importance de leur système racinaire et donc par la profondeur des contenants, ainsi que l’agencement de votre balcon. Il est préférable de renoncer aux légumes à enracinement trop profond comme les artichauts et les asperges.

A éviter également les légumes dont les racines sont trop imposantes comme les betteraves, les salsifis ou les endives.

Si vous souhaitez réaliser un jardin décoratif, assurez-vous que les plantes vertes que vous choisirez sont adaptées à votre balcon.

Pour décorer tout au long de l’année, optez pour des arbustes persistants, par exemple le laurier sauce, la lavande, le thym ou le bambou, très résistant.

La culture de fruitiers sur un balcon est un peu plus restreinte que celle des légumes, mais elle n’est pas impossible. Il suffit, pour cela de choisir des espèces naines que l’on appelle à juste titre « fruitiers des balcons » comme le pêcher Garden Silver, l’abricotier Golden Aprigold ou encore le cerisier Garden Bing.

D’autres fruitiers comme les fraisiers, le fruit de la passion ou les agrumes ont également peu de difficultés à s’adapter à la vie en pot.

 

Semez, plantez

Fin mars, début avril, place aux semis et aux repiquages ! Que planter en ville ? Au potager, en mars-avril, on peut penser à des radis, des salades, des choux, des herbes aromatiques. La menthe poivrée, la sauge ou la lavande aident notamment à lutter contre les insectes nuisibles.

Puis, d’avril à juin, on sème ou repique des plants de tomates, des aubergines, des courgettes, des courges. Les fruits ont en effet besoin d’un sol plus chaud et seront donc plantés en dernier.

A compter d’avril, on peut aussi semer des soucis, des capucines (utiles contre les pucerons), des bleuets, des pavots, du cosmos ou de la lavande, mais aussi de la bourrache, utile contre les limaces.

 

Indispensable paillage

Dernière opération : le paillage. Qui n’est pas obligatoirement fait avec de la paille, mais peut se constituer de feuilles séchées, d’écorces de bois etc…

Une fois vos plantes sorties du sol et bien établies, paillez-en les pieds. Les avantages sont doubles : d’une part, le paillage retient bien l’humidité pendant l’été, mais d’autre part, il empêche la croissance des mauvaises herbes que vous ne souhaitez pas voir envahir votre potager.