Ça y est : les vacances tant attendues sont enfin arrivées ! Peut-être irez-vous bronzer à la plage, vous oxygéner à la campagne ou vous dépayser dans une contrée exotique… Mais si, comme moi, vous passez les mois de juillet et/ou août à Courbevoie, pas d’inquiétude : vous y trouverez mille et une façons de vous occuper agréablement. Profitez-en, par exemple, pour prendre le temps de (re)découvrir les richesses naturelles, culturelles et architecturales de notre ville. J’ai d’ailleurs concocté pour vous quatre excursions thématiques à travers nos quartiers. Alors, c’est parti !

Balade artistique à Gambetta

Cela ne vous a certainement pas échappé : le quartier Gambetta revendique bon nombre des 69 œuvres recensées à La Défense, véritable galerie d’art à ciel ouvert !

Je vous invite à commencer votre parcours culturel international à la sortie de la gare « Calder-Miró », sous la colossale Araignée rouge ou Grand Stabile (1976) de l’Américain Alexandre Calder. Impossible de manquer cette sculpture éclatante récemment rénovée ! Poursuivez sur l’esplanade du Général-de-Gaulle, en direction de l’Arc déplacé (1994) de l’Australienne Christine O’Loughlin et de la spectaculaire Fontaine monumentale (1977) de l’Israélien Yaacov Agam, en céramique et émaux de Venise multicolores. À proximité se dresse la Défense de Paris (1883), groupe de bronze allégorique de Louis-Ernest Barrias qui a donné son nom au premier quartier d’affaires d’Europe.

Retour à l’art contemporain avec la luxuriante Cheminée végétalisée (2004) de l’architecte français Édouard François, L’Oiseau mécanique (1972) aux ailes d’acier du Grec Philolaos, les quatre figures bétonnées de La Danse (1983) du Franco-Israélien Shelomo Selinger et Le Moretti (1995), sculpture de l’artiste éponyme réalisée à partir de 642 tubes de couleur. À l’extrémité de l’esplanade, n’hésitez pas à faire une halte pour admirer les ondulations du Bassin (1988) du Grec Takis, miroir aquatique surplombé de 49 signaux lumineux perchés au sommet de tiges métalliques.

Après cette promenade sur l’axe piéton de La Défense, je vous propose de vous aventurer dans l’entrelacs des tours courbevoisiennes, à la recherche de la quinzaine de pépites artistiques qui y sont dissimulées, parmi lesquelles La Fontaine des Corolles (1971) de Louis Leygue, La Terre (1978) de Louis Derbré, le Mémorial des cendres de Napoléon (1980) de Raymond Puccinelli, la Mosaïque (1981) de Michel Deverne, Les Lieux du corps (1983) de Leonardo Delfino, Le Grand Toscano (1983) d’Igor Mitoraj, le fragment du mur de Berlin (1996), Les Coquelicots (2006) de Catherine Feff. Saurez-vous les trouver ?

Plan des œuvres à télécharger ici

Cœur de ville, option sport

Avec le retour des beaux jours, plus d’excuse pour ne pas prendre soin de soi ! Bonne nouvelle : le quartier Cœur de ville propose des activités sportives tonifiantes pour toute la famille.

Après avoir enfilé vos plus belles baskets, pourquoi ne pas entamer votre journée « forme » par le parcours santé des berges de Seine ? En libre accès, celui-ci est jalonné, sur 700 mètres, de panneaux détaillant les exercices à réaliser progressivement après l’échauffement de rigueur, classés selon leur niveau de difficulté (facile, intermédiaire, élevé, pour tous). Si vous avez un smartphone, faites comme moi : téléchargez gratuitement l’application CBV sport ou flashez les QR Codes apposés sur les panneaux afin de visualiser les exercices. Cardio, gainage musculaire (les incontournables pompes, abdominaux et flexions), étirements et équilibre sont au programme de l’entraînement, avec ou sans utilisation de mobilier urbain (bancs, poteaux…). Si vous êtes un sportif aguerri, vous pourrez aussi travailler vos tractions sur l’agrès de street workout, pour des bras et des pectoraux en béton ! Le parcours est également ouvert à la pratique de la course à pied, du roller ou du skateboard. Quelle que soit votre condition physique, n’oubliez pas de bien vous hydrater pendant votre séance !

Ensuite, je vous suggère d’aller détendre vos muscles à la piscine municipale (17, place Charles-de-Gaulle). Celle-ci dispose de deux bassins de 50 x 20 m (huit couloirs) et de 25 m x 12,5 m (cinq couloirs) et d’un sauna. Accessible pendant l’été le solarium propose un espace aquatique de 200 m2 dédié aux enfants de moins de 10 ans, deux terrains de volley et des espaces verts où faire une pause entre deux plongeons.

Enfin, pour terminer en beauté cette journée fitness, direction le sous-sol du centre commercial Charras (15, rue Auguste-Beau) pour une partie de bowling conviviale sur l’une des douze pistes de l’établissement, que je vous recommande d’agrémenter d’un verre au bar !

Horaires et tarifs de la piscine sur ville-courbevoie.fr
Horaires et tarifs du bowling sur bowlingsympas.com

Promenade patrimoniale à Bécon

Le quartier de Bécon a une personnalité à part, avec ses pavillons de briques et de meulières, ses immeubles haussmanniens, ses maisons Art nouveau aux ornements floraux et ses constructions d’inspiration régionaliste. Toute l’histoire de l’architecture « francilienne » de la fin du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle semble y être concentrée !

Rendez-vous au 11 bis, avenue de la Liberté, où s’élève un bâtiment en briques blanches de 1897, agrémenté d’une frise de chardons. Remontez immédiatement vers la rue Jean-Moulin, qui abrite des villas attribuées à l’architecte Alvaro de Grimaldi (n°19 et 20) et autres bâtisses du début du XXe siècle (n°21 et 32 bis). Descendez ensuite vers la rue Gallieni pour découvrir, au n°18, un imposant immeuble en pierre de taille de style haussmannien, aux portes et fenêtres rehaussées de reliefs végétaux.

Avant de vous diriger vers le lotissement concerté de l’avenue Léon-Bourgain (1865-1900), aux tons rouges et beiges, faites escale à l’église Saint-Maurice de Bécon (216, rue Armand-Silvestre), classée monument historique, dont l’architecture avant-gardiste, due à Jules Barbier, n’est pas passée inaperçue dans les années 1900 ! Vous pourrez apprécier ses décors en bas-relief et mosaïque, ainsi que les vitraux de Lucien Mette. De là, je vous propose de faire un crochet par le bâtiment tout en courbes du 7, rue Auguste-Bailly et les immeubles de la bien-nommée rue Haussmann. Descendez ensuite, via le pittoresque passage de la Réunion, vers la rue Jean-Baptiste-Charcot et ses maisons individuelles ou jumelées (n°128, 137-139…) aux styles et matériaux variés, édifiées entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.

Remontez par le passage du Pourquoi-Pas pour terminer votre visite par les curiosités architecturales du parc de Bécon, inscrites aux monuments historiques : le fronton de la caserne Charras des gardes suisses, de style Vauban (1756), le pavillon de Suède-Norvège de l’Exposition universelle de 1878, dont la façade en pin ouvragée contribue à l’originalité du musée Roybet Fould, et le pavillon des Indes, conçu à l’occasion du même événement international et restauré en 2013. Vous pourrez clore votre circuit par l’orangerie et sa terrasse qui surplombe la Seine.

Le plein de chlorophylle au Faubourg-de-l’Arche

Vous avez envie de verdure ? Pas de problème : même à deux pas de La Défense, vous pouvez vous offrir une belle balade aux milieux des arbres et des plantes !

Vous pourrez commencer votre promenade au jardin paysager des Fauvelles, inauguré en 2012 et labellisé « oasis nature » par Hubert Reeves, astrophysicien bien connu et président d’honneur de l’association Humanité et biodiversité. Créé en concertation avec les habitants, il abrite arbres, arbustes et plantes vivaces, ainsi qu’un skatepark et un terrain de sport prisés par les jeunes. En 2014, le jardin partagé de l’Arche a ouvert ses portes dans son prolongement, pour le plus grand bonheur des riverains à la main verte.

Prenez ensuite un bain de fraîcheur dans la rue Donatello, à l’ombre bienfaisante des arbres, avant de déboucher sur l’avenue Puvis-de-Chavannes. Abondamment végétalisée, celle-ci est bordée d’arbres d’alignement, et son terre-plein central regorge d’arbustes d’ornement, tels les ifs, et de plantes vivaces. Chemin faisant, vous aboutirez au parc Nelson-Mandela, havre de verdure de 7600 m2 à l’esprit zen, offert par la Ville aux habitants en 2013. Doté d’un bassin de 600 m2 (dont le projet de rénovation est en cours d’étude), d’un pavillon écologique et pédagogique, d’une prairie fleurie où s’épanouit la biodiversité, de ruches et d’aires de jeux pour les enfants, cet espace vert pas comme les autres a remporté le prix spécial du jury de la 9e édition des Lauriers de la construction bois 2014 et a été nominé aux Victoires du paysage la même année.

Après cette halte reconstituante, revenez sur vos pas jusqu’à l’allée des Tilleuls et la promenade des Pins. Vous ne résisterez sûrement pas à faire une pause sur la grande pelouse parsemée d’azalées, de rhododendrons, d’arbousiers et d’hortensias du parc circulaire, situé à proximité immédiate. En passant par la place des Trois-Frères-Lebœuf, vous rejoindrez la dernière étape du parcours, le parc Jacques-Cartier. Une niche naturelle où vous aurez l’opportunité de tester vos connaissances en botanique en repérant prunus, bouleaux et arbres de Judée.

Bonnes balades !